Mouton charollais : La race ovine Charollais

Rating: 4.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 14 août 2018)

Issu du croisement entre les béliers leicester anglais et les brebis charolais françaises, le mouton charollais a été reconnu comme une race à part entière en 1974. Son livre généalogique, quant à lui, a été établi en 1963. De nos jours, il figure parmi les races ovines les plus appréciées et exportées au monde tant pour leur viande que pour permettre l’amélioration d’autres races.

Ses caractéristiques

Le mouton charollais est une race grande taille et lourde. Les brebis pèsent, en moyenne, entre 80 à 100 kg tandis que les béliers peuvent atteindre 120-150 kg.

En ce qui concerne sa tête, elle est dégarnie contrairement au reste de son corps. Elle n’a pas non plus de cornes que ce soit chez le mâle ou chez la femelle et est légèrement rosée. La bête a de longues et fines oreilles, des yeux bien écartées et un front large.

La laine, qui ne couvre ni la tête ni les pattes, est fine et courte. Elle est de couleur blanche.

Pour le corps, il affiche un dos musclé, un tronc épais et long, une poitrine large et des membres épais avec de bons aplombs.

mouton charollais

Lire aussi :

Ses intérêts productifs

Le mouton charollais est une race bouchère dont le rendement peut atteindre 55 %. Les carcasses ne sont ni maigres ni grasses.

Les agneaux peuvent gagner dans les 300 g/j pour les mâles simples et dans les 200 g/j pour les mâles doubles. Abattus à 120 jours, ces derniers atteignent généralement 37-39 kg.

Le bélier charollais est très recherché en croisement que ce soit pour la monte naturelle ou l’insémination artificielle. Près de la moitié des mâles existants sont utilisés dans les croisements.

Son mode d’élevage

Le charollais est une race rustique pouvant être élevé en semi-plein air ou en plein air. L’agnelage survient en fin d’hiver et les agneaux sont ensuite élevés au pâturage.

Les brebis affichent un excellent taux de prolificité de 190 % soit 1,9 agneau par portée. Elles sont très fertiles et dans 80 % des cas, elles sont mises en lutte à sept mois pour mettre bas à seulement 1 an. La mise bas se déroule, le plus souvent, sans problèmes.

Les brebis sont aussi d’excellentes mères. Leur production laitière permet une croissance rapide des petits. Environ 90 % des agneaux doubles sont élevés sous leur mère.

De nos jours, le cheptel compte plus de 380 000 brebis reproductrices en race pure en France.

Petite remarque : pour le différencier de la vache charolaise et des ovins issus de la région du Charolais, cette race prend deux « l » donc charollais.

Une réflexion au sujet de « Mouton charollais : La race ovine Charollais »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *