Décès d’un animal de compagnie : le tabou du deuil

La perte d’un animal de compagnie est vécue comme si on venait de perdre un parent proche. Ce sentiment, seules les personnes ayant des animaux domestiques peuvent le comprendre. Quant aux autres, on a souvent droit à des remarques blessantes de leur part. Remarques qui poussent les propriétaires à cacher leur douleur, or, faire le deuil est essentiel pour retrouver un certain équilibre et avancer.

Comment rendre hommage à son animal domestique ?

Vivre le décès de son fidèle compagnon est une épreuve souvent mal comprise. Il ne faut toutefois pas se cacher d’être triste ou de ressentir de la douleur. Il faut se dire que c’est tout à fait normal puisqu’après tout, cet animal a tenu une place énorme dans votre vie. De ce fait, pleurez, hurlez, criez … pour évacuer votre tristesse.

Lorsque vous serez un peu apaisé, pensez à son enterrement. Il est tout à fait logique que vous lui rendiez un dernier hommage. L’enterrement d’un chien ou d’un chat ne se déroule pas exactement comme l’enterrement d’un être humain. Néanmoins, plusieurs options s’offrent à vous :

L’enterrement

Il est tout à fait possible d’enterrer son fidèle compagnon et lui offrir une belle plaque funéraire pour ne jamais l’oublier. Vous pouvez d’ailleurs commander une plaque funéraire originale et personnalisée en vous rendant sur cette page et vous pourrez choisir un modèle design, imprimé, gravé… Faites graver dessus une photo de lui, son nom ou une petite phrase de tendresse … C’est une manière de le garder près de vous, même s’il est passé dans un monde meilleur.

Avant d’opter pour l’enterrement, il faut toutefois prendre connaissance de la loi. Ainsi, si vous ne trouvez pas un cimetière animalier qui vous convienne, vous pouvez l’enterrer dans votre jardin, mais sous des conditions strictes :

  • vous devez être propriétaire du lieu d’enterrement,
  • la fosse doit être située à 35 mètres de distance des habitations, des points d’eau et des rivières pour des raisons sanitaires,
  • la fosse doit être profonde d’1 m 20 pour éviter que d’autres animaux n’exhument la dépouille,
  • la dépouille doit être directement placée en terre, soit dans un linge, soit dans du carton, mais jamais dans du plastique,
  • la dépouille doit être recouverte de chaux vive.

Le deuil de son animal de compagnie

 

Si vous vivez dans un lotissement, il faut se renseigner sur la réglementation en vigueur auprès des responsables.

L’incinération

Si l’enterrement dans le jardin n’est pas possible alors que vous souhaitez le garder près de vous, vous pouvez opter pour l’incinération individuelle. Il faut alors s’adresser à un centre d’incinération animalier. Pour l’accompagner jusqu’au bout, vous pouvez assister à sa crémation, mais vous devez rester fort.

Une fois cette étape terminée, vous pouvez mettre ses cendres dans l’urne que vous aurez choisie et ensuite l’emporter chez vous. La loi vous autorise à conserver les restes chez vous. Vous pouvez aussi déposer l’urne dans un caveau dédié, par contre, vous ne pouvez pas la déposer dans une concession pour humains.

Par conséquent, vous pouvez ériger un petit caveau dans votre jardin pour y déposer l’urne et placer une plaque tombale dessus en mémoire de votre fidèle compagnon.

Si vous ne souhaitez pas garder ses cendres à la maison, vous pouvez confier la crémation au vétérinaire. En général, le professionnel propose une crémation collective par le biais d’une entreprise spécialisée. Les cendres sont ensuite enfouies ou répandues dans un lieu dédié.

Ceci peut aussi vous intéresser – Assurance animaux : tout ce qu’il faut savoir sur l’assurance animaux

Le deuil de son animal de compagnie : une phase essentielle pour les maîtres

« Ce n’est qu’un animal ! » … combien de fois a-t-on entendu cette phrase terrible après la perte de son animal de compagnie ? Et combien de fois s’est-on tu face à ce jugement rempli de condescendance et d’incompréhension ?

Aujourd’hui, on souhaite dire stop à ce genre de remarque plus que blessante. On aimerait que les autres comprennent que « non, ce n’était pas qu’un animal, c’était un membre à part entière de la famille ».

Seuls ceux qui ont des animaux domestiques peuvent comprendre ce sentiment et si vous n’en avez pas, respectez au moins la douleur de ceux qui viennent de perdre cet être cher. Aidez-les à faire leur deuil, car ce processus est nécessaire pour qu’ils puissent tourner la page et avancer. Tout comme s’ils venaient de perdre un parent ou un enfant, il faut leur laisser le temps de dire au revoir à leur plus fidèle ami et les soutenir au lieu de les dénigrer.

Il faut comprendre que lorsqu’on décide d’adopter un chien, un chat, un lapin, un poisson, un serpent …, cet animal devient un membre de la famille. On le nourrit, on prend soin de lui, on joue avec lui … et plus que les humains, il sait très bien nous rendre notre amour malgré nos défauts et nos sautes d’humeur. Les animaux de compagnie ne se lassent jamais de nous écouter, de nous témoigner leur amour ou leur présence et surtout, ils ne nous jugent jamais.

Au contraire, ils nous soutiennent toujours, peu importe les épreuves que nous traversons et les mauvais choix que nous faisons. C’est un compagnon fidèle en tout temps, donc sa perte laisse un vide immense auquel on ne s’habitue jamais.

Faire son deuil permet toutefois de l’atténuer sans pour autant le faire disparaître entièrement. C’est une maigre consolation certes, mais au moins, on peut se dire qu’on lui a rendu hommage comme il se doit.

Comment rendre hommage à son animal domestique ?

Comment faire le deuil de son animal de compagnie ?

C’est après l’enterrement ou l’incinération que le vide se ressent le plus. N’ayez surtout pas honte d’être toujours triste, voire de pleurer votre être cher. C’est tout à fait normal et il vous faut du temps pour que la douleur devienne plus supportable.

Pour ne pas sombrer dans la dépression, sortez pour vous changer les idées et ne vous isolez pas. Certes, vous aurez besoin de rester seul de temps en temps, mais ne fermez pas la porte aux autres.

Forcez-vous à sortir, à aller travailler, à sortir de votre lit et à vaquer à vos activités quotidiennes. Si la maison vous rappelle trop votre meilleur ami, essayez de la réaménager, de repeindre les murs, de planter d’autres fleurs dans le jardin … Dans les premiers temps, évitez d’aller dans les endroits où vous aviez l’habitude d’aller vous promener avec lui.

Si le décès est survenu après l’euthanasie de l’animal, il ne faut pas vous sentir coupable. Pour cause : l’euthanasie n’est recommandée que lorsqu’il n’y a plus aucune solution pour soulager votre ami. Si vous l’avez décidé, c’est forcément pour le bien de votre compagnon donc vous n’avez pas à vous sentir coupable. Au contraire, c’était un beau geste pour le libérer de sa douleur et de son mal-être.

Enfin, dites-vous que seul le temps sera votre meilleur allié. Un jour, vous irez mieux et garderez les bons souvenirs de votre fidèle compagnon. Et quand vous vous sentirez prêt, vous pourrez adopter un nouvel animal et vivre une nouvelle aventure sans pour autant oublier celui qui l’a précédé.

Les animaux - Les animaux de rente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code