Le Burmese : origine et histoire du Burmese

(Mis à jour le: 12 mars 2019)
Le Burmese : origine et histoire du Burmese
4 (80%) 2 votes

Espiègle, joueur, très câlin et tout simplement mignon, le chat est l’un des animaux de compagnie les plus prisés à travers le monde. Aussi bien les enfants que les plus grands et même les personnes âgées l’apprécient, car contrairement au chien, il est plus calme et plus facile à élever. Il en existe de nombreuses races dont le fameux Burmese aux yeux jaunes. D’où vient-il et pourquoi devez-vous le préférer aux autres races ?

Le Burmese, un chat birman

Burmese

Le Burmese est originaire de la Birmanie. Son existence est rapportée pour la première fois dans un recueil de poèmes thaïlandais intitulé Livre de poèmes des chats ou Tamra Meow. Selon les historiens, cet ouvrage a été écrit entre 1350 à 1767 ce qui suppose que cette race de chat existait déjà au 14e siècle, mais sans dénomination précise.

Même s’il s’agit d’un chat birman, il ne faut pas le confondre avec la race Birman ou Sacré de Birmanie.

A part sa description qui apparaît dans ce recueil, son histoire en Birmanie reste méconnue. C’est en Angleterre qu’on retrouvera sa trace quand, en 1930, un marin Américain décide de ramener une chatte après un séjour en Birmanie. Cette dernière fut baptisée Wong-Mau et elle affichait une jolie robe noisette avec quelques nuances au niveau de la tête, des pattes et de la queue. Elle a par la suite été achetée par le Dr Joseph Thomson, l’homme qui a permis le développement de cette race de chat en Angleterre.

En effet, après avoir acheté Wong-Mau, il a réalisé de nombreux croisements avec d’autres races dont le siamois. C’est ce croisement qui aurait finalement donné naissance au Burmese. Il faudra attendre l’année 1936 pour que la nouvelle race ainsi créée soit reconnue par le Cat Fancier Association sous le nom de « Burmese » signifiant alors birman.

Quant au Governing Council of the Cat Fancy, il a reconnu la race en 1952.

Découvrez aussi :

La carte d’identité du Burmese

D’une manière générale, le Burmese affiche les traits caractéristiques suivants :

  • Une tête triangulaire se traduisant par un crâne rond avec des pommettes saillantes, un menton assez prononcé et des mâchoires fortes
  • De grands yeux très expressifs, souvent de couleur jaune et de forme ronde
  • Des oreilles de taille moyenne avec une base ouverte et une pointe arrondie
  • Un nez discret
  • Un corps assez musclé, mais de taille moyenne. Ce dernier se compose d’un poitrail large et d’une queue à bout arrondi
  • Une robe dans des tons sépia ou zibeline (marron chaud, noisette foncé ou brun). D’autres couleurs sont aussi admises comme le sépia platinum, le blue sépia, le sépia champagne, …
  • Des poils courts et denses avec une texture brillante
  • Une taille moyenne avec un poids de 4 à 4, 5 kg chez les femelles et de 5 à 6 kg chez les mâles

Lire aussi – Passeport pour chat

Burmese américain Vs Burmese anglais

origine Burmese

Le Burmese a certes évolué en Angleterre, mais on en trouve aussi une version américaine. Les deux cousins affichent quelques différences assez frappants au niveau de :

  • Leur poids : l’américain est plus lourd que l’anglais. Les chiffres cités ci-dessus sont ceux de l’américain, donc pour l’anglais, il faut retirer 1 kg à chaque fois. Cette différence s’explique par le fait que le Burmese américain possède une musculature et une ossature plus robuste. Ainsi, malgré leur taille assez similaire, l’américain pèse quelques grammes de plus sur la balance
  • Leurs pattes : celles de l’américain affichent une taille moyenne avec des pieds ronds tandis que celles de l’anglais sont plus fines avec des pieds ovales
  • La tête : chez l’américain, la tête est très arrondie avec un front bombé, un museau rond et large, un nez marqué par un stop court. On n’y trouve aucune zone plate. Chez l’anglais, la tête est de forme triangulaire court avec un museau plus fin, mais arrondi. Le front est arrondi tandis que le haut du crâne est assez large et bombé. Le nez est également marqué d’un stop, mais est assez droit
  • Les yeux : tous les deux ont de grands yeux ronds, mais on remarque quelques nuances au niveau des couleurs autorisées. Chez le Burmese américain, les couleurs des yeux oscillent entre le doré et le cuivré tandis que chez le Burmese anglais, elles se situent entre le jaune à l’orange ambre avec certains spécimens à yeux dorés. Chez les Burmese européen, les yeux peuvent aussi être de couleur bleue
  • La robe : chez le Burmese américain, les poils sont courts, fins et satinés. Le patron sépia est la base, mais ici, les couleurs sont plus orientées vers les tons seal (sable et zibeline, chocolat, bleu et lilas. Chez son homologue anglais, les poils sont très fins avec presque pas de sous-poils et seul le patron sépia est autorisé pour cette race même si les marquages tabby sont acceptés. Dans le cas où le chat affiche des tons silver ou silver shaded, il sera appelé Burmilla et non Burmese

En savoir plus sur l’Assurance animaux

Les caractères du Burmese

Américain, anglais ou européen, le Burmese est un chat affectif et très attaché à ses maîtres. Il ne supporte d’ailleurs pas d’être laissé de côté et de rester seul trop longtemps. Il trouvera toujours un moyen pour attirer votre attention soit en quémandant des caresses, soit en sollicitant une partie de jeu soit en faisant des bêtises.

Oui, cette race aime bien mettre le désordre dans la maison, car il est de nature curieux et fouineur. Gare aux dégâts si vous avez l’intention de le laisser seul trop longtemps.

A part cela, c’est un animal exubérant qui vous témoignera toujours son affection et sa fidélité. Ce caractère le rend idéal pour les enfants surtout que c’est aussi un grand joueur espiègle comme eux.

C’est un bon vivant qui court partout donc pensez à l’élever dans un espace assez grand.

Rassurez-vous, ce n’est pas un grand gaffeur ni un hyperactif. Certes, il aime jouer et dépenser de l’énergie, mais il reste aussi très doux et sociable que ce soit envers les autres animaux ou envers les personnes étrangères. Au début, il peut se montrer timide et réservé, mais une fois qu’il se sera habitué à vous, il ne vous lâchera plus.

Cela ne signifie pas qu’il nécessite une attention de tous les instants, car contrairement à certaines races, il est quand même assez indépendant. Il vous suffit juste de le caresser de temps en temps, de jouer avec lui et de le nourrir correctement pour faire son bonheur.

Une alimentation équilibrée est fortement recommandée et surtout, pensez à lui donner du poisson frais de temps à autre, car c’est son péché mignon.

A part cela, il faut veiller à le faire vacciner et à ce qu’il ait une bonne hygiène de vie. Le Burmese a beau être un animal robuste, il est quand même vulnérable à certaines maladies telles que la polymyopathie hypokaliémique. Son taux de diabète est aussi à surveiller, car certaines lignées en souffrent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *