Insectes : découvrez les caractéristiques des insectes

(Mis à jour le: 1 novembre 2019)
Insectes : découvrez les caractéristiques des insectes
4.7 (93.33%) 3 vote[s]

Si on se réfère à la biologie, « insectes » est une classe d’animaux invertébrés appartenant à la branche des arthropodes et à la sous-branche des hexapodes. Les petites bêtes faisant partie de cette catégorie, lorsqu’elles sont adultes, ont un corps composé de la tête, de l’abdomen et du thorax.

Sur la tête, on a les antennes, les yeux, la bouche et les pièces buccales. Les pattes et les ailes se trouvent sur le thorax. L’abdomen contient les organes reproducteurs. Il est à noter tout de même que certains insectes au cours de leur évolution ont perdu leurs ailes. Leur point commun est leurs trois paires de pattes et leurs deux antennes. Dans ce dossier, nous allons vous présenter les traits caractéristiques de ces bestioles.

Les ailes

Les ailes d'un moustique

On classe dans cette classe les termites, les collemboles, les puces et les fourmis ouvrières. Celles-ci ont perdu leurs ailes au cours de leur développement. Ce sont des insectes aptères. Dans la plupart des cas, ces petites bêtes comptent deux paires d’ailes. Si vous vous penchez plus sur les espèces, vous constaterez qu’elles n’ont pas les mêmes ailes.

Il y a ceux qui ont des ailes membraneuses à nervures plus ou moins nombreuses comme celles qu’ont les criquets, les abeilles et les libellules. Les papillons, elles, ont une paire membraneuse recouverte d’écailles. Certains insectes comme les coccinelles, les scarabées et les carabes ont deux paires d’ailes dont une paire antérieure qui est plus rigide et qui sert à protéger l’autre paire.

Les mouches et les moustiques sont parmi les insectes qui font à l’exception de la généralité des deux paires d’ailes. Elles n’en ont qu’une paire, car la paire postérieure s’est transformée en balanciers.

Du passage de larve à insecte

Le développement du papillon

Pour arriver au stade adulte, l’insecte passe par plusieurs stades larvaires. Si on se réfère à ce développement, on peut regrouper ces petits animaux en deux catégories. Il y a d’un côté les insectes hémimétaboles ou les insectes à métamorphoses incomplètes et les insectes à métamorphoses complètes ou les insectes holométaboles.

Les insectes à métamorphoses incomplètes ont la même morphologie tant au stade de larve qu’au stade adulte. Leur cycle vital est composé de trois étapes : l’œuf, la nymphe et l’adulte. La nymphe est souvent plus active et plus mobile que l’adulte, seulement à cette phase, elle ne peut pas encore voler. Elle peut ne pas avoir le même mode d’alimentation que la bestiole adulte. Les ailes se développent progressivement au fil des mues. Il est à noter également que c’est à la dernière étape de changement que ce petit animal acquiert toutes ses caractéristiques sexuelles.

Chez certains insectes hémimétaboles, la différence entre la nymphe et l’adulte est plus frappante. Par exemple, au stade nymphe, la libellule vit dans l’eau et respire par ses branchies et lorsqu’elle est adulte, elle peut voler et la respiration est assurée par ses trachées.

On regroupe dans la classe des insectes à métamorphose complète ou des insectes holométaboles les mouches, les papillons, les abeilles, les fourmis et les coléoptères. Ces petites bêtes comptent quatre étapes dans leur cycle vital : l’œuf, la larve, la nymphe et l’adulte. Vu ces stades et les différences si marquées, il sera difficile de distinguer la larve d’une abeille et la larve d’un papillon. Une fois adulte, ces bestioles ne vivent que quelques mois. Pour certains, cette durée de vie se limite à quelques jours seulement. Ils n’ont même pas le temps de se nourrir et ils meurent après la reproduction.

Les pièces buccales de l’insecte

coccinelles

Les insectes se distinguent par leurs pièces buccales. L’anatomie de celles-ci correspond au type de régime alimentaire. Il y a les bestioles qu’on qualifie de « broyeurs ». Ils possèdent des mandibules puissantes garnies de pointes qui vont assurer le découpage et de déchiquetage des aliments. Dans cette catégorie, on a les insectes phytophages ou les mangeurs de plantes. Ils se nourrissent de feuilles, de bourgeons, de racines, de graines et/ou de bois. D’un autre côté, on a les insectes carnivores comme les coccinelles adultes.

Certains insectes ont des pièces buccales à la fois de type broyeur et lécheur. Ils ont les mandibules qui assurent la fonction masticatrice. Le côté lécheur est assuré par la lèvre inférieure ou leur labium. Ces petites bêtes peuvent alors aspirer des liquides. C’est le cas des guêpes, des abeilles et des fourmis.

Il ne faut pas confondre les insectes ayant des pièces buccales de type lécheur et ceux avec des pièces buccales de type suceur. Ces derniers peuvent être des suceurs maxillaires. Ils possèdent une trompe qui peut s’enrouler sur elle-même lorsque les mandibules et le labium se régressent. Pour se nourrir, ils aspirent du nectar. C’est le cas des papillons. La mouche est plus un suceur labial. C’est sa lèvre inférieure qui se transforme en trompe et celle-ci est composée de deux lobes lamellés et est percée par de nombreux orifices.

Les taons, les moustiques, les pucerons et les punaises ont des pièces buccales de type piqueur suceur. Vous avez compris par cette appellation que pour se nourrir, l’insecte pique d’abord avant d’aspirer. Il est doté d’un appareil piqueur pour percer les téguments animaux ou végétaux et de dispositifs tubulaires pour absorber le liquide. Ces insectes peuvent se nourrir de sève ou de sang.

La fonction respiratoire et cardiaque

Mouche à la loupe

Si vous passez un insecte à la loupe, vous verrez qu’il n’a pas de nez. Il n’a pas non plus de poumons pour assurer cette fonction respiratoire. Pour respirer, il se sert des stigmates qui sont des petits trous se trouvant sur chaque côté du corps. L’air y pénètre et passe par les trachées qui sont des tubes rigides pour arriver aux moindres recoins du corps.

Aussi petit que soit l’insecte, il a un cœur. Cependant, il n’est pas dans la forme classique. C’est un long tube avec de petites ouvertures. Leur sang est appelé « hémolymphe » et c’est un liquide transparent, jaune ou verdâtre qui circule librement dans tout le corps. En effet, ces petites bestioles n’ont pas de veines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *